Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > « Qui sommes-nous » et qui nous ne sommes pas. L’identité américaine mise à mal (...)

« Qui sommes-nous » et qui nous ne sommes pas. L’identité américaine mise à mal à sa frontière Sud.

N°11-02 Mars 2011 , 5 mars 2011

La construction par le gouvernement nord-américain d’un mur le long de la frontière avec le Mexique, dès 2006, ainsi que les politiques migratoires toujours plus restrictives, visent à l’endiguement des flux de migrants clandestins. L’État de l’Arizona, en tentant d’introduire une « loi sur le renforcement de l’application de nos lois et de la sécurité de nos quartiers » en avril 2010 a franchi un pas supplémentaire et suscité une vive controverse. Le texte est en effet l’un des plus restrictifs au monde en matière d’immigration et normalise le « délit de faciès ». À la racine de ce phénomène de fermeture progressive se trouve le besoin des États-Unis d’asseoir leur pouvoir dans une zone toujours plus poreuse et imprégnée d’« hispanité ». Pour certains, avant tout parmi les néoconservateurs, c’est même l’identité américaine qui est en jeu.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)