Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Du keynésianisme au libertarianisme. Les transformations du régime du savoir économique autorise depuis les années 1970 : une approche par la place que la monnaie y tient

17 mai 2011

À paraître dans les Actes du Colloque Sciences humaines et sociales (1970-2010), Nanterre en débat !, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2011.

L’objectif de ce texte est de présenter une description synthétique des transformations qu’a connues à partir des années 1970, pour l’essentiel aux Etats-Unis, le champ académique de la science économique. J’aborderai cette description principalement au niveau des nouveaux discours développés par les économistes : développement d’une économie financière en tant que discipline académique à statut scientifique ; révolution « nouvelle classique » dans la macroéconomie ; renouveau du hayekisme. Il faudrait également resituer cette description sur un plan plus sociologique en y intégrant les changements organisationnels de la profession et des cadres universitaires qui la structurent en tant qu’institution d’une parole autorisée et autorisante. Faute de place et en raison du manque de recherches disponibles, je me bornerai ici à seulement quelques remarques incidentes sur ce point.

(suite dans le document joint)

Écrit par

D'autres publications

Communications | François LaRochelle est fellow de l’IEIM et ancien diplomate canadien

Israël et les pays arabes du Golfe : un récit passionnant, mais tragique

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

L’article est paru dans le Huffington Post le 22 mars 2019, 22 mars 2019, par François LaRochelle

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Une communication de Mathieu Boisvert, directeur du CERIAS, 10 janvier 2019, par Mathieu Boisvert


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)