Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Les États-Unis et l’investissement direct étranger : Une histoire à trois temps

21 septembre 2011

Le texte qui suit brosse un panorama historique de l’investissement direct américain à l’étranger et étranger aux États-Unis de la fin du dix-neuvième siècle à aujourd’hui, et, en parallèle, l’évolution de leur politique à l’égard de l’investissement.

Suivant en cela l’analyse des historiens de la firme multinationale, nous avons choisi de diviser ce long
intervalle de temps en trois périodesθ. La première période va du dernier quart du dix-neuvième siècle à la
Première Guerre mondiale. Elle correspond aux débuts de l’internationalisation ou à ce que les historiens
modernes appellent la première mondialisation. L’économie mondiale gravite alors autour des nations, de
l’une d’elles en particulier, la Grande-Bretagne, le commerce se développe entre les nations et, fait
nouveau, les firmes commencent à sortir du périmètre national ; elles s’exterritorialisent. Nation débitrice
jusqu’à la Première Guerre mondiale, les États-Unis ont attiré pendant toute leur phase de construction
capitaux et population comme aucune autre nation ne l’avait fait jusque-là. Dès le tournant du vingtième
siècle, toutefois, les entreprises américaines commencent à leur tour à se tourner vers l’extérieur, vers le
reste du continent surtout, appuyées en cela par les autorités qui voient en elles un instrument de
rayonnement des États-Unis dans un monde alors divisé entre grandes puissances impérialistes.

(suite dans le document joint)

Écrit par

D'autres publications

Notes de recherche | note de recherche de l’OAE

La relance de l’économie japonaise face au déclin de la population

Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

30 mars 2018, 30 mars 2018


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)