Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Crise humanitaire en Haïti : à l’aune d’une gouvernance de l’humanitaire

Crise humanitaire en Haïti : à l’aune d’une gouvernance de l’humanitaire

Jeudi 1er décembre 2011 – 12h30-14h

Crise humanitaire en Haïti :
à l’aune d’une gouvernance de l’humanitaire

Andréanne Martel
Candidate à la maitrise, Département science politique, UQAM et boursière Charles-Albert Poissant (2011)

Jeudi 1er décembre 2011 – 12h30-14h
Local A-1715, pavillon Hubert-Aquin,
400 rue Sainte-Catherine Est, Métro Berri-UQAM

En souhaitant développer le concept de gouvernance en contexte de crise humanitaire, cette conférence s’attardera à analyser les différents éléments qui ont fait émerger en Haïti, suite au séisme de janvier 2010, une gouvernance humanitaire. À travers les espaces de coordination, considérés comme des espaces de pouvoirs, les acteurs-trices humanitaires mettent en place une série de mécanismes de gestion, de coordination et de financement qui vise à opérer une réponse d’urgence efficace. Nous arguons que ce système se maintient en créant un mode de gouvernance (de gouverne) qui est parallèle à celui pré-existant à la crise : soit les espaces de gouvernance locale. Cette gouvernance humanitaire se manifeste de façon pernicieuse en marginalisant les autorités locales tout en accentuant le fossé des capacités entre les instances internationales et leurs homologues locaux. Le concept de Network Power de Grewal (2008) sera en ce sens révélateur et nous permettra de faire le constat d’une tendance inverse entre le renforcement des autorités locales et l’affaiblissement de celles-ci. Une tendance qui tend à pérenniser la présence internationale dans les pays aux prises avec des crises récurrentes (protracted crisis).

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal