Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire de l’économie politique de défense (OEPD) > Chaire de recherche du Canada en politique étrangère et de défense canadiennes (...) > Canadian Foreign Policy : A Linguistically Divided Field

Canadian Foreign Policy : A Linguistically Divided Field

2 décembre 2011

Jérémie Cornut et Stéphane Roussel. « Canadian Foreign Policy : A Linguistically Divided Field », Revue canadienne de science politique, vol. 44, no. 03, pp. 685-709.

* Les auteurs sont respectivement chercheur associé et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes

Abstract. This study analyses the French-language scholars’ place in Canadian foreign pol- icy. More precisely, it measures and compares their productions in French and in English out- put ! and the citations to this output impact ! in works by English-language scholars. The output is measured using the Canadian Foreign Relations Index. Then a representative sample of bib- liographies taken from books and articles written by English-language scholars and published between 1997 and 2007 is analyzed. Various conclusions on the place of French and French- language scholars in the field are drawn from these data, including their small contribution to Canadian foreign policy and the absence of citations to works in French by English-language scholars. Political implications of the results are discussed.

L’article est disponible en version intégrale ici : http://bit.ly/rLifTy


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal