Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Perspective américaine de la coopération internationale en matière de (...)

Perspective américaine de la coopération internationale en matière de régulation de la concurrence

Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 13 juin 2011

Picard. Lysanne. 2011. "Perspective américaine de la coopération internationale en matière de régulation de la concurrence". Mémoire de maîtrise. Université du Québec à Montréal. 143 p.

Résumé

Le jeu concurrentiel s’est globalisé, alors que les règles sur la concurrence sont restées confinées à l’échelle nationale. Cette coopération limitée et, pour l’essentiel, volontaire, n’est pas sans effet : conflits de juridiction, absence de coordination dans les poursuites, affaiblissement des normes pour attirer les investissements ou pour soutenir ses propres entreprises, etc. Il y a pourtant eu des tentatives de mise sur pied de règles internationales de la concurrence, mais les États-Unis et le secteur privé ont toujours fini par s’y opposer : ils sont cette fois à l’origine de la création, en 2001, du Réseau international de la concurrence (RIC). Réponse institutionnelle essentiellement pragmatique, elle est loin d’avoir la même portée que les propositions précédemment mises sur la table. Pourquoi les États-Unis qui, depuis l’Après-guerre, ont été placés devant plusieurs options de coopération internationale, ont-ils finalement choisi le RIC ? Le RIC ne correspondrait-il pas à une marchéisation de la voie institutionnelle choisie pour la coopération dans ce domaine ?

En empruntant la démarche propre aux nouveaux courants de l’institutionnalisme historique en science politique, nous tenterons de répondre à ces questions. Il s’agira d’étudier chacune des propositions de coopération internationale institutionnalisée proposées, depuis l’Après-guerre, dans le domaine de la concurrence. Dans ce processus, nous accorderons une importance particulière aux interactions entre les acteurs ainsi qu’aux idées. Pour analyser les formes de coopération, nous nous référerons au triangle impossible de la coopération internationale, qui nous permet 1) de camper notre recherche dans un cadre d’économie politique internationale, 2) d’observer s’il y a marchéisation de la forme de coopération proposée et 3) de situer chacune des propositions par rapport au bien commun.

Ce qui pourra être constaté, c’est que le RIC, par rapport aux initiatives lancées dans le cadre de la Charte de La Havane, de la CNUCED et de l’OMC, s’éloigne du bien commun et correspond à une marchéisation de la voie institutionnelle choisie. Les ÉtatsUnis, en lançant le RIC, une institution globale issue de la nouvelle diplomatie commerciale, ont voulu aller au-delà de la coopération à l’OCDE. Ils croient, par le RIC, pouvoir étendre leur vision de la concurrence, une vision qui fait de plus en plus confiance à l’autorégulation des marchés et qui, vu les objectifs de ses politiques, favorise une culture de la grande entreprise.

(document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)