Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > Repenser l’Atlantique - Commerce, immigration, sécurité

Repenser l’Atlantique - Commerce, immigration, sécurité

Aux éditions Bruylant, 2012. Sous la direction de Dorval Brunelle, 26 janvier 2012

L’océan Atlantique a été et demeure la voie de développement par excellence pour les pays riverains de l’hémisphère nord et, de plus en plus, pour les pays de l’hémisphère sud également. Ces dernières années, aux échanges transatlantiques et à ceux effectués le long des deux bordures occidentale et orientale, est venu s’ajouter un nombre sans précédent d’échanges sud-sud, mais aussi d’échanges entrecroisés nord-sud et sud-nord. Ces échanges englobent non seulement les échanges de biens, de services, de main-d’oeuvre, mais aussi de valeurs, d’idées, de projets et de programmes. Dans ces circonstances, le temps était sans doute venu de chercher à repenser l’Atlantique et ses bordures en ayant en tête la Méditerranée comme modèle et comme référence, et avec l’idée de soumettre à la réflexion un projet inspiré, ne serait-ce que de très loin et de manière tout à fait approximative, de celui d’une communauté méditerranéenne.

Dans cette perspective, l’ouvrage propose trois axes d’analyse. Le premier est consacré au commerce et, plus particulièrement, au phénomène de la multiplication des accords commerciaux négociés ou en cours de négociation à l’intérieur de l’espace atlantique. Il s’agit alors d’évaluer en quoi et comment, à terme, toutes ces initiatives sollicitent, ou non, la mise en place d’un forum, d’un partenariat ou d’une association transatlantique, que ce soit sur le modèle de l’APE C ou d’autre chose.
Le deuxième axe porte sur l’immigration, les flux migratoires et leurs incidences sur les pays d’accueil tout autant que sur les pays d’origine, en termes politiques, culturels, sociaux ou économiques. Les migrations internationales, notamment à l’intérieur de l’espace atlantique, apparaissent à la fois comme un vecteur et comme un révélateur des mondialisations en cours à l’échelle planétaire.

Le troisième axe traite de sécurité et de défense. Il est articulé autour de l’expression de « communauté atlantique », mise à l’ordre du jour au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, et qui est l’enjeu de toute une série de débats à l’heure actuelle plaidant en faveur de son élargissement dans un contexte marqué par l’émergence de nouvelles puissances dans les Amériques, comme le Mexique et le Brésil. Dans ces circonstances, la question de savoir quelle architecture prévoir pour quelles communautés atlantiques – au pluriel – revêt une certaine urgence et prend une nouvelle signification


Pour commander

Pour commander un exemplaire : http://www.bruylant.be/st/nl/fiche.php?id=14101

Prix de vente : 80$



Écrit par
Produit par
Suivant

Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal