Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Discussions autour d’une éducation différenciée pour les autochtones du Pérou : (...)

Discussions autour d’une éducation différenciée pour les autochtones du Pérou : le cas de l’Éducation Interculturelle Bilingue (EIB) dans la région andine

N°12-02 Mars 2012, 14 mars 2012

Ce texte traite de la réforme scolaire dite bilingue et interculturelle mise en place au Pérou depuis plus de 20 ans. Le programme d’Éducation Interculturelle Bilingue (EIB) est né de diverses mobilisations politiques autochtones luttant pour un enseignement des langues et cultures vernaculaires. Élu en juin 2011, le gouvernement d’Ollanta Humala a réaffirmé l’importance de l’EIB et en a fait une nouvelle priorité. La présente contribution s’intéresse aux difficultés auxquelles ce programme fait face, ainsi qu’aux débats qu’il suscite dans la société péruvienne. Les élèves et parents autochtones étant les premiers concernés par la réforme, ceux-ci sont donc les principaux discuteurs et critiques des programmes bilingues et interculturels. La présente contribution s’intéresse tout particulièrement à la région andine, appelée la Sierra. La façon dont l’EIB est reçue à l’échelle des communautés autochtones de cette zone questionne fortement le travail du Ministère de l’Éducation et des ONG. La réforme est en effet l’objet de critiques négatives de la part de certains parents d’élèves. Au moyen d’entretiens récents et d’une littérature scientifique et d’éléments théoriques (notamment la théorie de la pratique de Bourdieu) ; ce texte tente de mettre en perspectives les facteurs de rejets. L’auteur avance que ces refus vont au-delà d’une colonisation ou aliénation mentale des autochtones. Au contraire, ceux-ci peuvent être interprétés comme une critique et une redéfinition des relations sociales au Pérou et de leur logique profondément raciste.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)