Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire de l’économie politique de défense (OEPD) > Le F-35 dans le contexte canadien : l’envolée des coûts et l’épineuse question (...)

Le F-35 dans le contexte canadien : l’envolée des coûts et l’épineuse question du partage industriel

8 avril 2012

Les enjeux stratégiques entourant le programme Joint Strike Fighter (JSF ou F-35 Lightning II) sont cruciaux. Ces chasseurs-bombardiers sont en effet appelés à équiper l’ensemble des forces américaines (Army, Air Force et Navy) et certaines troupes alliées. Ils ont pour but d’assurer aux pays coalisés autour des États-Unis la supériorité aérienne sur les champs de bataille du 21ème siècle. L’importance du F-35 s’étend également aux dimensions industrielles du fait 1) du développement du programme en coopération avec des pays partenaires qui sont autant d’acheteurs potentiels (pour ne pas dire garantis) de l’appareil, ensuite, 2) de la réémergence progressive de capacités industrielles militaires concurrentes (en Chine et en Russie, par exemple) et, enfin, 3) du succès actuel des plates-formes européennes sur le marché international des avions de combat (en Inde, notamment). Le F-35 se veut un appareil qui creusera un peu plus l’écart avec les pays émergents et qui marginalisera la place des programmes européens rivaux de Saab AB (avec le Gripen), du consortium Eurofighter (avec le Typhoon) et de Dassault Aviation (avec le Rafale) sur ce segment du marché de la défense. Les ambitions, la forme coopérative du programme, la dimension technologique de la plate-forme, le nombre d’avions concernés (quelque 3 000 unités, dont plus de 2 400 pour les seuls États-Unis) et les coûts impliqués sont autant d’éléments qui, une fois combinés, font de ce programme une saga politico-industrielle dont les États- Unis ont le secret. Celle-ci ne va pas sans son lot de heurts, de revirements et de doutes.

Référence :

Yannick Quéau, « Le F-35 dans le contexte canadien : l’envolée des coûts et l’épineuse question du partage industriel », Fondation pour la recherche stratégique, 11 octobre 2011. Disponible en ligne : http://www.frstrategie.org/barreFRS....

L’article complet se trouve en pièce jointe.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)