Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Calendier

Home > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Culture, mondialisation et sociétés > L’ouverture imminente du marché cinématographique chinois et la défaite (...)

L’ouverture imminente du marché cinématographique chinois et la défaite paradoxale de la Convention sur la diversité des expressions culturelles

9 May 2012

Résumé
Comme le montrent la condamnation de la Chine par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour ses règlements dans le domaine audiovisuel et l’accord de libre-échange entre la Corée du Sud et les États-Unis affectant les politiques audiovisuelles coréennes, la conquête des marchés cinématographiques asiatiques reste un enjeu économique considérable pour les États-Unis et Hollywood compte tenu du potentiel énorme du marché. D’ailleurs, l’ouverture imminente du marché cinématographique chinois illustre une défaite paradoxale de la Convention sur la diversité des expressions culturelles (CDEC). Le système chinois quasi-imperméable tend à s’ouvrir de plus en plus aux produits audiovisuels non nationaux grâce au principe du libre-échange véhiculé par l’OMC, tandis que, jusqu’à présent, les Parties à la CDEC souhaitaient privilégier le consensus politique plutôt que dénoncer des politiques culturelles strictes, comme celles de la Chine qui interdisent l’accès équitable à une expression culturelle diversifiée.

Lire la suite dans le document joint.

=

Commentaires


Merci pour cet article toujours aussi bien documenté, mais qui une fois de plus me confirme que l’approche par « la diversité des expressions culturelles » n’a aucun avenir politique et qu’il faudrait revenir à l’approche par « la diversité culturelle », celle de l’universalité du développement humain.

En savoir plus


Monsieur,

Je vous remercie de votre note de recherche, bien écrite et bien pensée.

Elle prouve la subordination de la Convention diversité culturelle à l’OMC, ce que je n’ai jamais écarté.

Quelques réflexions :

En savoir plus



Written by
Suivant


Partners

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)