Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Charles Saliba-Couture

Les liens entre sécurité et développement : De l’évidence à l’ambiguïté

L’Harmattan, Collection « Questions contemporaines », 242 pages., 1er avril 2012

Aujourd’hui, nombreux sont les rapports, documents officiels et discours de divers acteurs de la scène internationale affirmant qu’il ne peut y avoir de développement sans sécurité, et de sécurité sans développement. Pourtant, les liens entre sécurité et développement sont loin d’être aussi évidents, en raison notamment des sens multiples accordés aux notions mêmes de « sécurité » et de « développement ». En effet, les liens entre sécurité et développement sont sujets à interprétation et couvrent un vaste ensemble d’enjeux et de domaines : la pauvreté, le conflit violent, les États « fragiles », le terrorisme, l’aide au développement, la sécurité humaine, le développement humain, etc. L’objectif de cet ouvrage consiste à déconstruire l’« évidence » des liens entre sécurité et développement en usant d’un concept central — et pourtant rare — en Science politique et en Relations internationales : l’ambiguïté. Ce cadre d’analyse sera illustré par l’étude des rapports et publications gouvernementales du Department for International Development (DFID) du Royaume-Uni.

Les lecteurs et lectrices apprécieront cet ouvrage pour son innovation théorique, pour son analyse aiguisée des multiples interprétations du mot d’ordre « sécurité et développement » ainsi que pour son regard original sur les principaux enjeux, intérêts et conséquences entourant un tel mot d’ordre. L’ouvrage Les liens entre sécurité et développement : De l’évidence à l’ambiguïté s’adresse à tout(e) chercheur(e), professeur(e), journaliste, spécialiste, étudiant(e) et public motivé s’intéressant, d’une part, à l’étude des « inconnus » (risque, incertitude, ambiguïté), et d’autre part, aux questions de développement et de sécurité.

Charles Saliba-Couture est collaborateur associé au Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) | csalibacouture@hotmail.com

Site internet : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=36808


D'autres publications

Audios | Mathieu Boisvert est professeur au Département de sciences des religions et directeur du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CÉRIAS)

Abécédaire(s) de la souffrance

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Enregistré dans le cadre de l’exposition HUM(AI)N, au Centre Phi du 28 mai au 15 septembre 2019, et diffusé sur (...), 15 août 2019, par Mathieu Boisvert

Éric Mottet est professeur au Département de géographie et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Chine reste à des lieues de « conquérir le monde »

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Le Devoir le 10 août 2019, 10 août 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)