Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Les Autochtones du Panama : une trajectoire atypique en Amérique (...)

Les Autochtones du Panama : une trajectoire atypique en Amérique latine

N°12-04 Septembre 2012 , 16 septembre 2012

Le Panama compte 3 405 813 millions d’habitants, dont 417 559 s’auto-identifient comme Autochtones. Selon les résultats du dernier recensement de la population réalisé en 2010, les Autochtones représentent environ 12% de la population totale. Même si les défis auxquels font face les différents groupes autochtones du Panama sont similaires aux autres groupes autochtones de l’Amérique latine en matière de revendications d’autonomie territoriale et d’exploitation des ressources naturelles, on observe une certaine absence d’études sur le cas panaméen dans la littérature académique sur les mouvements sociaux autochtones du continent. Cela semble davantage surprenant compte tenu de la trajectoire atypique que ces groupes ont suivie : ils ont opté pour une stratégie de négociation bilatérale avec les instances étatiques au lieu de former un front commun sous forme de confédération qui se mobilise à l’échelle nationale, un cas de figure que l’on retrouve dans plusieurs pays de la région. Cette situation est intéressante à étudier dans la perspective des débats sur l’institutionnalisation des mouvements sociaux autochtones et ce que cette institutionnalisation peut apporter en termes d’autonomie politique et territoriale. Cela n’est pas le cas actuel étant donné les lacunes existantes dans la littérature sur les groupes autochtones du Panama en lien avec leurs revendications politiques, économiques et territoriales.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal