Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Gouvernance globale de l’environnement et de l’énergie (GGEE) > Repenser l’économie du changement climatique

Repenser l’économie du changement climatique

Économie appliquée, 2012, 1er juin 2012

Damian, M. (2012). Repenser l’économie du changement climatique. Economie appliquée, vol. LXV, n° 2, « Questions pour Rio+20 », pp. 9-46

Résumé
L’article soutient que l’économie du changement climatique est à repenser. La manière dont on a posé le problème et recherché des solutions (coopération internationale " par le haut ", permis CO2, taxe, prix du carbone) est présentée et discutée. Il est montré que la transition énergétique et industrielle qui se dessine témoigne d’un changement de paradigme par rapport à l’économie néoclassique de l’environnement qui a sous-tendu la politique climatique depuis la conférence de Rio en 1992. Sur le plan normatif, l’article défend l’idée que la seule taxation du CO2 envisageable est une taxe non pas Pigouvienne mais à la Marshall, c’est-à-dire une taxe dédiée, de financement, dont le montant ne pourrait être au départ que modeste.

Pour lire la suite de Repenser l’économie du changement climatique. Cliquer ici.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal