Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Bien Vivre et droit à l’autodétermination des peuples

Bien Vivre et droit à l’autodétermination des peuples

N°12-06 Novembre 2012 , 30 novembre 2012

L’Amérique latine n’échappe pas à l’exploitation effrénée de territoires hier difficilement accessibles et des ressources naturelles qu’ils renferment. L’offensive de l’industrie extractive est de ce fait de plus en plus contestée par des populations dont le mode de vie et l’identité sont profondément marqués par leur rapport à la terre et à la nature. Parmi ces populations qui résistent, les peuples autochtones ne donnent plus leur place. À tel point qu’ils réussissent à modifier la scène politique dans plusieurs pays. Les constitutions de la Bolivie et de l’Équateur présentent à cet égard une rupture majeure à l’endroit d’un modèle de développement qui a souvent pour effet de détruire des équilibres naturels et de violer les droits individuels et collectifs de peuples occupant le territoire ainsi « développé ». Fondées sur la conception du Bien Vivre en tant qu’alternative au modèle développement dominant, ces constitutions sont non seulement inspirantes pour les peuples autochtones, mais elles le sont également pour tous les peuples qui cherchent à renouveler la bataille pour un droit tangible à l’autodétermination des peuples.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)