Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Environnement et développement à Madagascar.

14 février 2013

« La conservation à Madagascar est une tragédie sans méchants » soulignaient les biologistes Alison et Richard Jolly il y a plus de 30 ans. Il s’agissait alors « soit de participer activement à la sauvegarde des richesses de la terre, soit de leur tourner le dos avec indifférence et de laisser brûler les librairies et les musées de la nature. » Malgré les investissements colossaux consentis en environnement au cours des vingt dernières années à Madagascar, la dégradation des ressources naturelles a progressé en moyenne de 1 % par année, menaçant non seulement l’équilibre écologique de la Grande île, mais celui touchant les domaines économique, social et politique. Pourquoi l’environnement est-il, encore aujourd’hui, toujours aussi menacé à Madagascar ?

Pour répondre à cette question et dans le but de contribuer à éclairer les enjeux souvent implicites des actions environnementales, cet ouvrage explore pourquoi et comment la destruction des ressources naturelles est devenue un problème politique dans l’un des pays où le taux d’endémisme est parmi les plus élevés de la planète. Il s’intéresse notamment aux incompatibilités qui expliquent les multiples ambiguïtés d’une politique publique dans un domaine aussi vaste que celui de l’environnement, en offrant un regard critique sur les blocages qu’on lui attribue. Il propose enfin un bilan exhaustif de quinze années de mise en oeuvre d’un Plan d’action environnemental et s’intéresse à la place du tourisme dans ce contexte. Une série de documents politiques et juridiques viennent s’ajouter à cet ouvrage en annexe.

Bruno Sarrasin est professeur au Département d’études urbaines et touristiques de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG-UQAM). Auteur de plusieurs ouvrages et articles scientifiques sur le développement et l’environnement dans les pays du sud, il est membre du Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) de l’UQAM.

http://www.karthala.com/hommes-et-societes-histoire-et-geographie/2657-environnement-et-developpement-a-madagascar-9782811107963.html.

Mots-clés

Écrit par

D'autres publications

Audios | Mathieu Boisvert est professeur au Département de sciences des religions et directeur du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CÉRIAS)

Abécédaire(s) de la souffrance

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Enregistré dans le cadre de l’exposition HUM(AI)N, au Centre Phi du 28 mai au 15 septembre 2019, et diffusé sur (...), 15 août 2019, par Mathieu Boisvert

Éric Mottet est professeur au Département de géographie et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Chine reste à des lieues de « conquérir le monde »

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Le Devoir le 10 août 2019, 10 août 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)