Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Mondialisation, institutions et nouvelle diplomatie commerciale > Théories de l’économie politique internationale

Théories de l’économie politique internationale

Cultures scientifiques et hégémonie américaine, 13 juin 2013

Née au début des années 1970 aux États-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada, l’économie politique internationale (EPI) éclaire notre compréhension des transformations de la scène internationale en mettant l’accent sur leur dimension économique. Elle s’intéresse aux interactions entre le monde des États et les marchés et à leurs effets sur la politique mondiale.
Devenue aujourd’hui, avec les questions de sécurité, l’une des plus importantes disciplines du champ plus vaste des relations internationales, l’EPI a procuré à ce dernier certains de ses concepts les plus novateurs : mondialisation, interdépendance complexe, stabilité hégémonique, puissance structurelle, gouvernance mondiale, etc. Elle a donné naissance à diverses théories, dont les principales sont défendues par deux écoles largement incompatibles : l’école orthodoxe, ancrée aux États-Unis, et l’école hétérodoxe, dominante en Grande-Bretagne et très présente au Canada et un peu partout dans le monde.

Synthèse critique à destination des internationalistes francophones, ce livre présente les principaux auteurs, paradigmes et débats fondateurs de la discipline.

Plus de renseignements sur le site de la presse sciences po.



Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)