Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Chaire C.-A. Poissant de recherche sur la gouvernance et l’aide au (...) > Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA) > Responsabilité sociale : le défi des sociétés minières canadiennes

Responsabilité sociale : le défi des sociétés minières canadiennes

Entrevue avec Bonnie Campbell - Journal des Alternatives, 9 juin 2013

« Il y a une absence de traçabilité, d’imputabilité, si les projets de RSE ne sont pas ancrés dans des politiques publiques portées par des acteurs locaux et émanant de discussions qui impliquent les communautés et leur gouvernement », souligne Bonnie Campbell, professeure d’économie politique à l’UQAM et directrice du Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA).

Il arrive parfois que les budgets de l’aide soient utilisés pour appuyer des politiques de RSE ou pour faire la promotion d’intérêts économiques canadiens. Dans ce genre de situation, « on est en train d’utiliser le budget de la coopération pour faire tout à fait autre chose que la promotion des stratégies et des politiques publiques de développement sur le long terme », commente Mme Campbell.

http://journal.alternatives.ca/spip.php?article7403


Entrevue avec
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)