Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

L’approche par les droits en développement. Généalogie et état de la question

Par Benoit Décary-Secours. Les Cahiers du CIRDIS Collection Recherche — no 2013-08 Octobre 2013. , 2 octobre 2013

Benoit Décary-Secours est doctorant et chargé de cours à l’Écoles d’études politiques de l’Université d’Ottawa et membre du Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL). Sa thèse porte sur l’imaginaire pénal et les significations populaires de la punition au Brésil dans le contexte particulier d’un retour à la norme démocratique qui s’accompagne d’une intensification inédite des "violences criminelles".

« Les politiques et programmes de développement se réclamant officiellement de l’approche par les droits (Rights-Based Approach, RBA au sein de la littérature et dorénavant au sein de ce rapport de recherche) apparaissent au milieu des années 1990. Aujourd’hui devenu un courant dominant dans la sphère du développement, tant les institutions financières internationales (Banque mondiale, Fonds monétaire international), les agences onusiennes (en tête de file le PNUD, le HCDH et l’UNICEF) que les ONG internationales (Oxfam, CARE, etc.) se rangent du côté de la RBA et en font un objectif central de leurs programmes. Toutefois, la littérature ne permet pas de dégager de définition consensuelle de ce « paradigme », ni consensus sur le moment précis de son apparition. »

D'autres publications


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)