Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la (...) > La création des institutions républicaines comme instruments de (...)

Grammaire de l’institution

La création des institutions républicaines comme instruments de gouvernement

Jeudi le 31 octobre 2013 à 17h30, Salle A-M204 Bibliothèque centrale de l’UQAM

Résumé

La création des grandes institutions révolutionnaires obéissent à un dessein précis : 1) fortifier l’esprit public, 2) régénérer les mœurs, 3) développer le progrès des sciences et des arts, afin de lier la dimension politique à la dimension morale.
Devant la prépondérance de l’économie politique, prépondérance à laquelle les Idéologues sont bien loin d’être hostiles, encourageant au contraire son développement, le défi alors, comme sans doute aujourd’hui, est de trouver un moyen d’accorder intérêt public et intérêts privés de telle sorte que tous les citoyens, pourvu qu’ils soient industrieux et observateurs des lois, jouissent des fruits de leur travail et profitent de la prospérité générale.

Ce moyen, les Idéologues pensent le trouver, entre autres, dans les institutions culturelles prises comme instruments de gouvernement. J’invoquerai trois exemples, au cœur de ce dispositif.
1- La création du Conservatoire des arts et métiers (qui répond à la création du Muséum d’Histoire naturelle) ; 2- Le journal des Idéologues, La Décade, exemple qui illustre de quel ordre est ce pouvoir tout nouveau qui se met en place, le pouvoir de la presse ; 3- la création en Égypte par Bonaparte de l’Institut, exemple beaucoup plus pragmatique et aussi plus directement politique, qui a de plus pour lui la sanction du succès historique.

CONFÉRENCIÈRE : Josiane Boulad-Ayoub, professeure émérite de philosophie moderne et politique, UQAM

AVOCAT DU DIABLE : Joseph Yvon Thériault, professeur de sociologie, titulaire de la Chaire MCD, UQAM

QUAND : Jeudi le 31 octobre 2013 à 17h30

LIEU : Salle A-M204, Bibliothèque centrale de l’UQAM

ENTRÉE LIBRE

Organisé par

Participants
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal