Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > L’avenir est radieux… mais le chemin est douloureux !

L’avenir est radieux… mais le chemin est douloureux !

La crise, N 25, 7 décembre 2013

Résumé  :

L’Europe est en crise. On doit s’interroger sur sa capacité à poursuivre la construction d’une Union Economique et Monétaire et envisager qu’elle soit obligée de se contenter du Marché Unique et de renoncer à l’Euro. Toutefois, les jeux ne sont pas faits et l’avenir de l’Euro pourrait bien être radieux, après un chemin douloureux pour les peuples, à condition de prendre conscience que la solution de la monnaie unique n’était pas adaptée à un ensemble inapte au fédéralisme fiscal et qu’il faut par conséquent transformer l’Euro en monnaie commune. Toutefois, l’Euro n’est pas le seul défi que doit affronter l’Europe : elle est aussi confrontée à un défi technologique et doit rompre avec ses démons obscurantistes qui, au nom d’un principe de précaution surinterprété en principe d’inaction, la conduisent dans un mur de sous productivité, mortel pour un continent vieillissant qui ne peut maintenir son modèle social tout en renonçant par principe aux technologies de demain.


Contenu :
1. L’Europe entre grosse fatigue et game over, p. 3
2. Et mes sous dans tout ça : les Nouvelles Confessions, p. 14


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)