Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) > La construction du verdict de culpabilité : magistrature pénale et production (...)

La construction du verdict de culpabilité : magistrature pénale et production de vérité judiciaire au Brésil

Mardi 28 janvier à 12h45

Par Fernanda Prates, chercheuse postdoctorale, département de criminologie, Université d’Ottawa

En s’appuyant sur une enquête ethnographique réalisée au Tribunal de Justice de la ville de Rio de Janeiro, l’exposé examine le processus décisionnel menant au verdict de culpabilité dans les affaires de vol et trafic de stupéfiants. Nous proposons que la prise de décision des juges soit marquée par la présomption de culpabilité qui découle d’un processus de catégorisation des justiciables en tant que « voleurs » et « trafiquants », catégories typiques associées à l’image de l’ « ennemi », c’est-à-dire, l’individu insoumis et incapable d’un modus vivendi commun (Jakobs, 2009). Prenant appui sur les analyses empiriques réalisées, nous analysons le rapport entre la figure de l’ennemi et l’idée d’homo sacer (Agamben, 2002) en proposant que le verdict de culpabilité se construit à l’intérieur d’un « camp » - c’est-à-dire, un lieu de suspension de l’ordre juridique – qui se structure, paradoxalement, au sein même de la justice pénale.

Local J-1060
Pavillon Judith-Jasmin
405, rue Sainte-Catherine Est

Participant
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal