Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

De la richesse à la compétitivité des nations. L’ouverture économique en perspective

31 janvier 2014

L’ouverture économique est l’un des traits caractéristiques de notre temps. Le degré d’ouverture varie, bien entendu, d’une économie à l’autre, les petites économies – le Canada par exemple - étant, en raison de leur taille, plus ouvertes. Mais d’une façon générale, les économies sont aujourd’hui beaucoup plus ouvertes qu’autrefois. Ainsi, le commerce international représentait environ 8 pour cent du PIB mondial en 1913 ; aujourd’hui, il en représente le tiers . Phénomène économique, l’ouverture s’inscrit dans l’histoire du capitalisme, dans ses évolutions et transformations. Mais c’est aussi un phénomène politique, qui s’inscrit dans l’histoire des idées et des institutions. Elle est mieux acceptée aujourd’hui mais suscite toujours débats et désaccords, que ce soit sur la route à prendre ou sur ses effets.

Il existe plusieurs manières d’aborder le problème de l’ouverture. Nous avons choisi de l’aborder sous l’angle des idées. Plus précisément sous l’angle d’un débat d’idées entre deux grandes écoles de pensée en économie politique, l’une défendant la liberté des marchés, et l’autre l’intérêt national. Le débat a pris, selon les époques, des formes différentes mais in fine, on en revient toujours à une relation complexe, l’État et le marché, et à la manière dont chaque école pose le problème de cette relation. Comment ce débat a-t-il évolué ? Nous vous proposons d’en retracer l’histoire dans les pages qui suivent.

Nous la diviserons en trois grandes périodes. Nous verrons, tout d’abord, comment, au dix-neuvième siècle, l’école libérale a construit l’économie internationale et comment l’école nationale y a répondu. Nous verrons ensuite comment, au temps du « libéralisme enchâssé », il fut possible de réconcilier les deux points de vue en combinant l’intervention de l’État avec l’ouverture ordonnée des marchés. Nous verrons, enfin, comment, avec la globalisation, le débat a changé, passant de la richesse à la compétitivité des nations, et comment chaque école en redéfinit les termes. Le temps est-il de nouveau à la confrontation ? Nous poserons la question en conclusion.

Écrit par

D'autres publications

Notes de recherche | note de recherche de l’OAE

La relance de l’économie japonaise face au déclin de la population

Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

30 mars 2018, 30 mars 2018


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)