Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Chronique d’une guerre annoncée. La violence au Mexique à six ans du début de (...)

Chronique d’une guerre annoncée. La violence au Mexique à six ans du début de la guerre contre le narcotrafic

N 14-01, Février 2014, 7 février 2014

Résumé

Le Mexique contemporain est un cas illustratif d’un « nouveau contexte de violence », loin des cadres traditionnels de guerre , où il est difficile de distinguer les détonateurs du conflit des circonstances aggravantes et de ses conséquences.
La violence au Mexique est plurielle et contradictoire . D’une part, l’exhibition de corps démembrés, les fusillades fortuites et les actes de terrorisme signalent l’arrivée de formes de violence intenses, imprévisibles et aveugles face aux victimes, dont beaucoup sont des civiles . L’ampleur du problème est difficile à saisir, car la violence échappe aux mesures fiables. Non seulement les sources officielles ne sont pas toujours crédibles , mais aussi le « chiffre noir », c’est-à-dire les crimes non dénoncés par les victimes par peur ou méfiance, est élevé. On sait que le taux d’homicides est passé de 9,7 pour 100 000 habitants (2006) à 23,7 (2011) , égalant ainsi des statistiques propres à des pays vivant un conflit armé interne. Ciudad Juarez, située à la frontière mexicano-américaine, a déjà reçu le titre de la ville la plus meurtrière de la planète. Les 3000 homicides enregistrés en 2010 ont fait de cette municipalité de 1,3 million d’habitants un endroit plus dangereux que Bagdad, Caracas ou Kandahar . D’autre part, et malgré ce scenario, le Mexique restait en 2011 un endroit plus sécuritaire que des pays comme la Colombie, le Salvador, le Honduras ou le Venezuela . Clairement, des États comme Baja California, Chihuahua, Durango, Guerrero, Michoacán et Sinaloa détenaient des taux très élevés d’homicides. Pourtant, la violence n’est pas répartie équitablement à travers le pays, si bien que les statistiques du Yucatán étaient comparables à celles de la Belgique .

Cette chronique vise à dégager un raisonnement capable de relier diverses thèses dans une démarche moins morcelée, en se penchant sur les causes et les effets de cette violence. Deux hypothèses seront étudiées, l’une traitant la violence comme variable dépendante, l’autre comme indépendante : (a) la violence résulte de la transformation du marché international des drogues, de la guerre amorcée par le Président Calderón en 2006 et de l’érosion des pactes informels historiques entre acteurs légaux et illégaux ; (b) la violence au Mexique produit une détérioration du régime démocratique et l’affaiblissement du contrôle territorial de l’État


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal