Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (...) > Résistance autochtone au Chili

Séminaire interdisciplinaire sur l’Amérique latine

Résistance autochtone au Chili

Mercredi 11 décembre 2013 de 12h30 à 14h00, A-3715, UQAM

La Chaire tiendra un Séminaire interdisciplinaire sur l’Amérique latine (SIAL) de fin d’année avec Ximena Cuadra Montoya, étudiante à la maîtrise en science politique. Elle nous entretiendra de la résistance autochtone au Chili face à l’extractivisme et en relation au consentement comme faisant partie du processus de lutte décoloniale.

Dans la diversité des mobilisations sociales des dernières années au Chili, l’on peut distinguer celles qui sont déclenchées par un malaise des autochtones face à l’installation de divers projets extractifs des ressources naturelles. Le débat actuel repose sur le droit au consentement et le refus de nombreux acteurs autochtones à participer aux mécanismes de consultation gouvernementaux et des entreprises qu’ils estiment biaisés. Cette situation permet d’analyser comment ces types de contestation remettent en cause le statut des autochtones face au processus politique et de comprendre dans quelle mesure ces acteurs politiques s’interrogent sur leur condition de subordination coloniale qui persiste face à l’État et, plus généralement, face à la société majoritaire.

Mercredi, 11 Décembre, 2013
12:30 - 14:00
A-3715

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal