Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (...) > Le renouveau syndical en Argentine : la Centrale des travailleurs de (...)

Le renouveau syndical en Argentine : la Centrale des travailleurs de l’Argentine et les mouvements sociaux

10 mars 2011

Dès le début des années 1980, l’Argentine n’a pas échappée à la vague de libéralisation des marchés, de privatisations des sociétés d’État, de coupures dans les services publics et de mondialisation des échanges impulsée par le consensus de Washington. Prétextant la nécessité impérative du paiement de la dette extérieure, les grandes institutions financières internationales sous la coupe des gouvernements aux allégeances néolibérales et des firmes multinationales, ont imposé une série de prérogatives qui allait devenir le motus vivendi d’une nouvelle forme de gestion des États. Cette « bonne gouvernance » devait se traduire concrètement par la réduction des dépenses publiques et le développement économique à travers l’assouplissement des législations économiques nationales et internationales. En ce qui à trait au monde du travail, la réduction des facteurs pouvant contraindre la « création de richesse » (i.e. les luttes syndicales et sociales) devenait également nécessaire afin de ne pas entraver les mécanismes d’accumulation du capital à l’échelle internationale. C’est dans ce contexte qu’il faut situer l’émergence d’un renouveau syndical en Argentine.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)