Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (...) > Révolutions du buen vivir ?

Révolutions du buen vivir ?

Jeudi 13 mars 2014 de 12h30 à 14h00, A-3740,

La Chaire Nycole Turmel, en partenariat avec le Centre d’Études et de Recherches sur le Brésil (CERB) et l’Observatoire des Amériques, tiendra un Séminaire interdisciplinaire sur l’Amérique latine (SIAL) intitulé Révolutions du « buen vivir » ?

Simon Morin, candidat à la maîtrise en science politique
De l’importance de la notion du buen vivir au sein de la Révolution citoyenne en Équateur :

Le virage à gauche en Amérique latine a suscité beaucoup d’intérêt qu’en à l’influence des mouvements sociaux dans l’élection de nouveaux gouvernements progressistes. L’influence du mouvement autochtone est sans conteste en Équateur. Principal opposant au Consensus de Washington durant les années 1990, le mouvement réussit à obtenir un certain nombre de gains politiques importants. Son discours cependant n’est pas parvenu à suturer l’ordre disloqué du retour à la démocratie. La notion du « buen vivir », un des principaux étendards de la lutte indigène, a néanmoins été mobilisée par la Révolution citoyenne de Rafael Correa et instituée en tant que nouvel idéal de société au sein de la nouvelle Constitution nationale de 2008. Quel rôle a ainsi pu bien jouer la notion du « buen vivir » dans le virage à gauche en Équateur ? Quelles limites imposent cette nouvelle frontière du politique ? Et, quels discours la mobilisent désormais dans le renouvèlement de la mésentente sociale ?

Raffaela Siniscalchi, candidate à la maîtrise en science politique
Le Vivir Bien en Bolivie : effet d’annonce ou véritable innovation ? Réflexions sur « le virage à gauche » et la montée des indigènes au pouvoir :

La première décennie du XXI siècle a été, pour la Bolivie, un moment charnière de son existence. Depuis 2005, Evo Morales Ayma, premier président indigène dans l’histoire du pays, donne un visage au développement de cet état. Mais quel développement ? Nous irons à la découverte du Vivir Bien, ce système de principes et valeurs élaboré à partir de la multiplicité des cosmovisions andines, dépositaires d’une alternative à la notion conventionnelle de développement. Notre but sera de faire ressortir la nature polysémique de ce concept et de proposer une réflexion sur les stratégies adoptées pour le mettre un œuvre. Un impressionnant jeu d’ombres et de lumières installe une atmosphère de tension dans un pays toujours en effervescence.

Jeudi, 13 mars 2014
12h30 à 14h00
A-3740

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal