Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Sauver des vies ou sauver l’industrie ? Les contraintes des organisations (...)

Conférence conjointe CIRDIS-OCCAH

Sauver des vies ou sauver l’industrie ? Les contraintes des organisations humanitaires

Mardi 15 avril 2014 de 18h00 à 19h30, UQAM

SAUVER DES VIES OU SAUVER L’INDUSTRIE ?
Les contraintes des organisations humanitaires

Mardi 15 avril 2014 de 18h00 à 19h30
Local D-R200, Pavillon Athanase-David
1430 rue St-Denis, UQAM, Métro Berri-UQAM

Cette présentation se penchera sur la manière dont les organisations humanitaires envisagent le renforcement des capacités de leurs partenaires locaux. Elle explorera les processus de décision des organisations afin de comprendre les facteurs qui influencent les dirigeants. Cette recherche démontre que ce renforcement se fait non pas de la simple volonté des bureaucraties humanitaires, mais seulement si celles-ci sont obligées de le faire, soit parce que leur statut l’impose, soit par les pressions coercitives de leurs bailleurs de fonds. Spécifiquement, l’attitude des organisations humanitaires à l’égard du renforcement des capacités locales est déterminée par la conjonction de leurs intérêts de survie, leurs processus bureaucratiques et les compromis politiques qu’elles doivent faire.

Prendront la parole :

  • François AUDET, Professeur, École des sciences de la gestion (ESG UQAM) ; Directeur scientifique, Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires
  • Sylvain LEFÈVRE, Professeur, École des sciences de la gestion (ESG UQAM)

Conférence co-organisée par le Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) et l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH)

www.cirdis.uqam.ca
www.occah.org

Organisé par

D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal