Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Groupe de recherche sur l’intégration continentale (GRIC) > Terres rares et montagnes russes

Terres rares et montagnes russes

Volume 7, numéro 3, 7 avril 2014

Résumé analytique

Une chronique nature en ce printemps tardif qui nous amène le rapport du Groupe spécial de l’OMC chargé du différend « Chine — Mesures relatives à l’exportation de terres rares, de tungstène et de molybdène » (DS431) distribué aux membres le 26 mars dernier. Ce différend concerne les restrictions à l’ex-portation de terres rares, de tungstène et de molybdène imposées par la Chine, matières premières utilisées dans la production de divers types de biens élec-troniques. La Chine a fait valoir que les restrictions se rapportaient à la conser-vation de ses ressources naturelles épuisables et qu’elles étaient nécessaires pour réduire la pollution causée par l’activité minière. Le Groupe spécial a cons-taté que les contingents d’exportation imposés par la Chine visaient à réaliser des objectifs en matière de politique industrielle autres que la conservation. Il s’agit d’une victoire pour plusieurs industries très importantes en occident qui utilisent ces matières premières pour la fabrication de leurs produits.
En Europe, le gouvernement des États-Unis a maintenu les pressions diploma-tiques et économiques à l’égard de la Russie suite à l’annexion de la Crimée au début du mois de mars. Le président Obama et les Congrès américain ont vu au gel des avoirs de plusieurs individus proches de Vladimir Poutine et ont res-treint l’octroi de licences d’exportation vers la Russie. L’objectif américain semble être de tenter de déstabiliser de larges pans de l’économie russe, parti-culièrement dans le secteur de l’énergie cher au président Poutine, afin de créer un climat peu favorable aux investissements. De son côté, la Russie sanctionne l’Ukraine en mettant fin aux rabais qu’elle lui consentait sur les li-vraisons de gaz. Les tensions demeurent vives entre la Russie et l’Ouest, alors


Contenu
Terres rares : victoire américaine à l’OMC, p 2
Montagnes russes : les hauts et les bas de la crise ukrainienne, p 4
Études économiques et articles connexes ce mois-ci, p 8


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal