Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

L’opacité des processus de négociations internationales contestée

Volume 7, numéro 6, 1er août 2014

Résumé analytique

Wikileaks a révélé en juin dernier une section de l’Accord sur le commerce des ser-vices (ACS) visant la libéralisation des services financiers. Le document de négocia-tion révèle que l’objectif poursuivi par les parties est de veiller à ce que les règlemen-tations en vigueur dans leur juridiction soient le point de départ vers une libéralisation qui pourrait ensuite être transférée à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Les États parties contourneraient de cette façon les négociations qui sont actuellement paralysées à l’OMC pour enfin atteindre leurs objectifs de libéralisation. Le processus opaque de négociation est remis en question de part et d’autre de l’Atlantique. Des élus et des groupes de pression maintiennent une féroce opposition à la conclusion d’une telle entente et plusieurs croient qu’il sera politiquement difficile d’en arriver à un accord qui saura rallier l’opinion publique.

Le contexte politique des négociations du Partenariat transatlantique (TTIP) n’est pas très différent de celui de l’ACS. Malgré une certaine ouverture au public européen et la tenue de consultations au cours des derniers mois, l’opposition continue de croître en Europe comme aux États-Unis, particulièrement pour ce qui touche à l’inclusion dans l’accord d’un mécanisme de règlement des différends entre les investisseurs et les États. Une initiative populaire est sur le point d’être lancée pour tenter de bloquer la conclusion d’un accord.

Du côté Pacifique (TPP), les États-Unis et le Japon sont toujours à la recherche d’un compromis sur la question de l’accès aux marchés et les premiers se font de plus en plus pressants pour tenter d’en arriver à un accord d’ici au mois de novembre pro-chain. Le président Obama tente de marquer d’une pierre blanche ce moment alors qu’il s’agira peut-être de sa dernière chance d’être le signataire de l’accord.


Contenu

L’Accord sur le commerce des services : Wikileaks révèle l’annexe sur les services financiers, p. 2
Le TTIP toujours au ralenti, p. 4
TPP : vers un accord en novembre ? p. 6
Études économiques et articles connexes ce mois-ci, p. 7

Écrit par

D'autres publications

Audios | Mathieu Boisvert est professeur au Département de sciences des religions et directeur du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CÉRIAS)

Abécédaire(s) de la souffrance

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Enregistré dans le cadre de l’exposition HUM(AI)N, au Centre Phi du 28 mai au 15 septembre 2019, et diffusé sur (...), 15 août 2019, par Mathieu Boisvert

Éric Mottet est professeur au Département de géographie et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Chine reste à des lieues de « conquérir le monde »

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Le Devoir le 10 août 2019, 10 août 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)