Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Les rapports de pouvoir dans les relations interorganisationnelles en (...)

Les rapports de pouvoir dans les relations interorganisationnelles en coopération internationale : histoire des acquis, risques et défis dans le contexte canadien actuel

Jeudi 19 mars 2015 de 12h30 à 14h, UQAM

Local A-1715, pav. Hubert-Aquin, 400 rue Ste-Catherine Est, UQAM, Métro Berri-UQAM

Les relations interorganisationnelles en coopération internationale participent aujourd’hui d’une transformation très large et fondamentale. Nous avons déjà représenté ces relations comme une série de compromis qui reflètent les rapports sociaux Nord-Sud de différentes époques : dans les années 1960, le compromis prenait la forme d’une relation donateurs/bénéficiaires ; dans les années 1970-1980, le compromis était la collaboration et la complicité ; et dans les années 1990, le compromis a pris la forme du partenariat. Aujourd’hui, à l’heure de la décentralisation, de la multilatéralisation et de la privatisation de l’aide au développement, les anciens et nouveaux acteurs du Nord et du Sud s’hasardent dans la construction de leurs « nouveaux » partenariats, mais quel est la base de leur compromis aujourd’hui ? Comment négocient-ils les rapports de pouvoir Nord-Sud ? Bref, se reconnaissent-ils comme acteurs du développement et comment contribuent-ils à la construction d’un nouveau paradigme de développement ?

Olga Navarro-Flores, Professeure, Département management et technologie, ESG UQAM ; Membre du comité scientifique, Observatoire canadien sur les crises et l’aide humanitaire (OCCAH) ; Membre, Chaire de responsabilité sociale et de développement durable

Olga Navarro-Flores a un baccalauréat en Sciences économiques, une maîtrise en coopération internationale et détient un Ph.D. en management de l’Université du Québec à Montréal. Elle a obtenu le prix de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC) à la meilleure thèse en sciences sociales de 2007. Mme Navarro-Flores a une expérience de plus de dix ans en management et développement et son expérience professionnelle s’étend de l’Amérique Latine, à l’Afrique et à l’Asie ainsi que dans différentes régions du Canada. Elle est particulièrement intéressée à la problématique des ONG et ses relations avec d’autres acteurs sociaux, politiques et économiques, la gestion et l’évaluation des programmes internationaux, les enjeux de l’équité entre les sexes, et l’analyse de rapports de pouvoir.

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal