Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) > Les travailleuses du ‘care’ au Québec : entre précarité et résistance

Conférence publique

Les travailleuses du ‘care’ au Québec : entre précarité et résistance

5 décembre 2014

Une panoplie de politiques publiques cible les familles et les individus qui ont des besoins liés aux soins aux personnes, à la garde d’enfants ou à l’aide à la vie quotidienne. L’État, qui finance en partie ces services, vise l’efficience économique par des coûts réduits. Ce sont donc souvent les travailleuses du care- des femmes souvent racisées et souvent issues d’une immigration récente- qui œuvrent en maison privée qui assument une partie importante du fardeau de cette quête d’efficience économique : peu de reconnaissance sociale, des maigres salaires, des risques non reconnus par le système de protection de la santé et la sécurité du travail, manque de prévisibilité des horaires, d’avantages sociaux restreints, absence de représentation syndicale, etc. Elles sont mal protégées et vivent une situation de précarité importante, mais à degrés variables. Au cours des dernières années les travailleuses du care ont développé des stratégies d’organisation et résistance qui leur permettent de contrebalancer les rapports de pouvoir vis-à-vis leurs employeurs et d’améliorer leur sort. Les présentations des conférencières, des chercheuses impliquées depuis plusieurs années dans l’étude des professionnelles du soin et de l’assistance, permettront d’éclairer les dynamiques de précarisation et résistance dans lesquelles ces travailleuses sont impliquées.

Conférencières
• Stéphanie Bernstein, professeure, Département des sciences juridiques, UQAM
• Louise Boivin, professeure, Département de relations industrielles, UQO
• Jill Hanley, professeure associée, École de service social, Université McGill

Vendredi 5 décembre 2014, 12h30 à 14h00
Salle R-M120, Pavillon Pavillon des Sciences de la gestion, UQAM
Inscription obligatoire (sans frais) criec2@uqam.ca

Pour toute demande d’information, veuillez contacter le CRIEC à criec@uqam.ca.

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal