Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (...) > Développement, jeunes et conflits

Séminaire interdisciplinaire sur l’Amérique latine

Développement, jeunes et conflits

Jeudi 4 décembre 2014 de 12h30 à 14h00 A-3316, 4 décembre 2014

REPORTÉE AU JEUDI 4 DÉCEMBRE EN RAISON DE LA GRÈVE ÉTUDIANTE

Martha Lucia Gómez
Candidate à la maîtrise à l’UQAM

Pratiques de développement au milieu du conflit

Les années 2000 ont marqué l’essor de la microfinance et elle a été privilégiée comme stratégie de lutte contre la pauvreté au milieu d’un conflit armé. La région du Magdalena Medio en Colombie a été un laboratoire de développement et paix qui a généré des processus associatifs appelant à la pratique des mécanismes de financement. Quelle est la portée de l’accès au microfinancement pour l’économie paysanne dans les situations affectées par le conflit ?

Roselyne Gagnon
Candidate à la maîtrise à l’UQAM

Regard sur la catégorie politique de la « jeunesse » et la formation de son identité politique en contexte d’après-guerre et postrévolutionnaire

Depuis la fin de la guerre au Nicaragua, la société est demeurée largement influencée par la mémoire collective de la révolution sandiniste des années 1970-1980. Le retour au pouvoir du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) en 2006 a d’ailleurs eu comme effet de remettre au premier plan l’idéologie sandiniste et la ferveur révolutionnaire. Cependant, on parle très peu de la nouvelle génération, soit celle née dans l’ombre de la guerre et dont l’identité politique s’est formée dans ce contexte particulier. Cette présentation abordera la littérature sur le sujet afin de comprendre le processus de formation de l’identité politique des jeunes en contexte d’après-guerre et postrévolutionnaire. Quels sont les critères de définition de la catégorie politique « jeunesse » et quel rôle joue-t-elle dans une société ? Comment se forme l’identité politique des jeunes ? Quels sont les éléments qui exercent une influence sur celle-ci ? Comment l’histoire d’une guerre et/ou d’une révolution affecte-t-elle la formation de l’identité politique de la nouvelle génération ?


Produit par
Publications: Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP)
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal