Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques > Qui décide à Washington ?

Colloque organisé par l’observatoire sur les États-Unis

Qui décide à Washington ?

Jeudi 26 et vendredi 27 mars 2015 Marriott Springhill Vieux-Montréal, 445 rue Saint Jean-Baptiste, Montréal, QC H2Y 2Z7

Présentation

Les États-Unis en guerre contre l’ÉI en Irak et en Syrie à l’automne 2014 ; l’intervention en Libye mais à distance (Leadership from behind) au printemps 2011 ; commander et ordonner la frappe et l’assassinat de Ben Laden au Pakistan en mai 2011, tous ces événements semblent confirmer l’existence d’un président bien campé dans son rôle de commandant en chef. La décision de politique étrangère résulte d’un long processus, qui agrège de nombreux facteurs.

En d’autres termes, la décision n’est pas le fait d’un seul homme, elle résulte d’un système complexe d’interactions multiples entre des acteurs qui peuvent varier avec les présidences mais aussi avec le style du président. Elle n’est pas forcément rationnelle car elle est également fondée sur des émotions, des intuitions, des stéréotypes et des analogies. Elle n’est pas non plus forcément concertée et se fait toujours aux dépens d’une partie des acteurs du processus décisionnel.

Bref, il s’agit d’entrer ici au cœur du système politique américain, de dépasser la simple lecture axée sur l’éternelle rivalité entre le Congrès et la présidence, pour comprendre ce système complexe qui, à la mesure d’un mécanisme d’horlogerie, fonctionne théoriquement parfaitement mais se grippe fréquemment.

Détails et inscription

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal