Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) > L’islamophobie au Québec et en Occident : un racisme dont on ne peut (...)

Débat public organisé par l’Observatoire international sur le racisme et les discriminations de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC), UQAM

L’islamophobie au Québec et en Occident : un racisme dont on ne peut prononcer le nom ?

Vendredi 27 mars 2015, Hôtel Gouverneur Place Dupuis, 6e étage, 1415 Rue St-Hubert, 18 h 00

*Veuillez noter que le lieu de l’événement a été changé. Le débat public se déroulera à l’Hôtel Gouverneur Place Dupuis, situé au 1415 Rue St-Hubert, au 6e étage.

Depuis le 11 septembre 2001, les minorités musulmanes sont davantage sujettes à la discrimination, à l’exclusion et à la stigmatisation partout en Occident. Dans les débats publics sur l’islam et les musulmans qui surgissent périodiquement dans les espaces médiatiques nationaux, une constante se dégage : l’islam y est souvent représenté comme insoluble dans le creuset des « valeurs » nationales, lire occidentales, valeurs qui tour à tour s’incarnent dans la laïcité, l’égalité des sexes, la non-violence, la démocratie, la liberté d’expression, etc.

Chaque fois qu’un attentat terroriste est commis en Occident au nom de l’islam, on observe, non seulement une recrudescence d’actes discriminatoires et d’agressions commis contre les minorités musulman-e-s et leurs lieux de culte, mais un regain de popularité des discours publics décrétant l’échec du multiculturalisme ou encore des modèles nationaux d’intégration ; chaque fois que des hommes musulmans défraient la manchette pour cause de violence domestique ou sexuelle, les médias cherchent la clef explicative de leur geste dans leur « culture » ; chaque fois que des musulman-e-s affichent publiquement et ostentatoirement leur appartenance religieuse, des voix s’élèvent pour dénoncer « leur » refus de s’intégrer dans « notre » culture laïque.

Comment interpréter ce type de phénomènes et de réactions ? Relèvent-ils de la grammaire du racisme ou, dit autrement, faut-il y voir l’empreinte d’une certaine islamophobie ? Doit-on alors revisiter le concept même de racisme afin de le rendre apte à mieux rendre compte de la réalité de l’islamophobie ?

Enfin, quels sont les facteurs sociopolitiques, idéologiques, économiques et géopolitiques, tant au niveau national qu’international, qui créent les conditions favorables au succès et à la légitimation de discours islamophobes — parfois assortis de passages à l’acte —, souvent présentés comme des réactions de (légitime) défense contre la menace d’islamisation qui planerait sur la nation ?

À l’occasion de l’édition 2015 de la Semaine d’action contre le racisme, l’Observatoire international contre le racisme et les discriminations a invité des conférenciers et conférencières pour débattre et analyser ces questions brûlantes d’actualité dans le cadre d’un panel public.

Conférenciers et conférencières invités :

Madame Leïla Benhadjoudja, doctorante, Département de sociologie, UQAM
Madame Nadia Zouaoui, journaliste et réalisatrice
Monsieur Vincent Romani, Professeur régulier, Département de science politique, UQAM

Inscription obligatoire (sans frais) :
criec2@uqam.ca

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal