Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président
MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Carré rose Carré jaune Carré jaune

Accueil > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Pétrole et changement social au Tchad

Pétrole et changement social au Tchad

HOINATHY Remadji, 12 octobre 2013

Fondé sur une démarche ethnographique et plus largement socio-anthropologique, le livre s’appuie sur des entretiens approfondis, des observations participantes, des interviews libres ou semi-directives. Cette enquête permet non seulement de découvrir les nouvelles logiques sociales du Tchad, mais aussi de comprendre les changements de vie en milieu rural et pétrolier.

HOINATHY Remadji (2013), Pétrole et changement social au Tchad, Karthala, 282 pages.

Le Tchad est l’un des derniers États africains à être entrés dans le cercle restreint des pays pétroliers. C’est en effet le 15 octobre 2003 que fut mis sur le marché le premier baril de pétrole en provenance du bassin de Doba dans le Logone Oriental. Remadji Hoinathy nous livre ici un ensemble d’informations sur la découverte des gisements, sur les étapes qui ont abouti à la création, dans les années 1990, d’un consortium de compagnies pétrolières, sur la mise en place des infrastructures et du pipeline Tchad-Cameroun, sur la coopération internationale qui a accompagné l’évolution du projet auprès du gouvernement tchadien et, notamment, de la Banque mondiale.

L’auteur a focalisé son étude sur le canton de Béro situé au coeur du bassin. Il observe et analyse le changement social survenu depuis le lancement du projet. Dans la zone, les installations pétrolières et leur entrelacement avec les champs, les villages et les troupeaux sont les premières réalités qui attirent l’attention.

L’argent est arrivé de manière substantielle grâce aux compensations versées aux paysans et aux salaires mensuellement perçus par ceux qui travaillent pour le projet. Dans une économie agraire, avec des niveaux de revenus relativement peu élevés, cela a bouleversé nombre de manières de faire. Une institution comme le mariage, caractérisée par le versement de compensations matrimoniales, a connu des modifications profondes. Cette monétisation n’a pas épargné les réseaux de parenté et les rapports de pouvoir dans la société.

Fondé sur une démarche ethnographique et plus largement socio-anthropologique, le livre s’appuie sur des entretiens approfondis, des observations participantes, des interviews libres ou semi-directives. Cette enquête permet non seulement de découvrir les nouvelles logiques sociales du Tchad, mais aussi de comprendre les changements de vie en milieu rural et pétrolier.

Pour obtenir davantage d’informations sur l’ouvrage, cliquez ici.


Mots-clés


Écrit par
Suivant