Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Qu’est devenu l’internationalisme syndical ?

Qu’est devenu l’internationalisme syndical ?

13 août 2015

Résumé du livre

L’Internationale sera le genre humain !
De l’Association internationale des travailleurs à aujourd’hui
Thierry Drapeau et Pierre Beaudet (dir.)

En 1848, c’est le « Printemps des peuples », un ensemble de révolutions contre les empires monarchiques qui secouent aussi bien Vienne, Berlin, Milan, Prague que Paris. Ces mouvements révolutionnaires expriment la volonté d’émancipation démocratique des couches populaires urbaines et rurales – les « damnés de la terre », les « forçats de la faim » –, animées par une nouvelle classe sociale en plein essor, le prolétariat qui, désormais, lutte en fonction de ses propres intérêts.

D’où la création de l’Association internationale des travailleurs (AIT) à Londres le 28 septembre 1864. À ses débuts, la Première Internationale ne regroupe que quelques petits groupes syndicalistes, socialistes, mutualistes, anarchistes, républicains, blanquistes et communistes. Peu à peu, l’idée se répand, se transforme, s’adapte aux différents contextes nationaux. L’AIT prend racine dans plusieurs pays européens et même outre-Atlantique.

Surtout, les masses laborieuses insurgées réinventent l’exercice du pouvoir politique en proclamant la Commune de Paris. Puisque la classe ouvrière n’a pas de patrie, sinon celle de sa solidarité, l’objectif, comme le proclame L’Internationale, le chant révolutionnaire désormais célèbre, est que le monde change de base au profit du genre humain ! Dans le cadre du 150e anniversaire de la fondation de l’AIT, cet ouvrage retrace le long effort de solidarité ouvrière à partir de textes inédits d’un collectif international d’auteures.

Dans un premier temps, il examine le contexte politique et théorique de la formation de l’AIT. Il s’intéresse notamment au monde atlantique et aux questions coloniales. Puis, il explore ses ramifications en Irlande, en Italie, aux États-Unis, en France et, plus tard, en Russie, en Amérique latine, au Canada et même en Chine. Enfin, L’Internationale sera le genre humain ! se penche sur l’héritage de la Première Internationale et prend acte que ce projet plus que centenaire est aujourd’hui encore bien vivant, grâce à l’action des mouvements sociaux contemporains qui luttent pour la liberté, la justice et un monde meilleur dans les rues d’Athènes, de Tunis, de Baltimore, de Montréal, de São Paulo, de Hong Kong, de Madrid…

Parution : août 2015.
Prix : 24,95 $
environ 264 pages
format : 6 x 9 pouces
ISBN : 978-2-924327-32-6
Collection : Mouvements
Mots clés : histoire, Internationale, internationalisme, luttes sociales et politiques, colonies, altermondialisme, Marx, Bakounine, Proudhon, Blanqui.

Mots-clés


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal