Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la (...) > Cesare Beccaria et l’esprit constitutionnel du droit moderne

Cesare Beccaria et l’esprit constitutionnel du droit moderne

Mercredi 14 octobre 2015 à 12h30, salle A-1715, UQAM

Vous êtes cordialement invités à la conférence que donnera le professeur Stefano Di Donato de l’Université de Naples Parthénope sur

Cesare Beccaria et l’esprit constitutionnel du droit moderne

L’oeuvre de Cesare Beccaria, et notamment l’ouvrage "Des délits et des peines", qui l’a rendu célèbre comme le juriste-philosophe qui proposa en premier l’abolition de la peine de mort et de la torture, est un point de repère de l’entier parcours de la pensée juridique moderne. Dans le contexte de l’Ancien Régime proposer l’abolition de la peine de mort et de la torture n’était pas une réforme quelconque, une réforme particulière, mais signifiait bouleverser ab imis fundamentis toute la structure non seulement juridique mais psychologique et culturelle de ce monde là. La torture et la mort avaient été les principaux et terrifiants instruments de la domination de l’inquisition et à l’instar d’elle de la mentalité des juges de robe en toute l’Europe. Parcourir, donc, la genèse de l’ouvrage de Beccaria veut dire en réalité traverser l’esprit et la mentalité sous-entendus à la culture juridique et politique de l’âge moderne et focaliser l’attention sur ce que le grand juriste allemand Jhering aurait appelé plus tard la "lutte pour le droit".

Cette conférence du Professeur Di Donato, spécialiste d’Histoire constitutionnelle, propose une nouvelle lecture du rapport entre la culture juridique qui produisit Beccaria et les Lumières parisiennes, dans lesquelles deux courants de pensée allaient se confronter vis-à-vis de la traduction en français que Morellet proposa du petit et sulfureux traité du marquis lombard.

QUAND : Mercredi 14 octobre 2015 à 12h30

LIEU : salle A-1715, UQAM, Pavillon Hubert-Aquin, premier étage, entrée par la rue Saint-Denis.

Organisé par

D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal