Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > Retrait des troupes américaines : calendrier révisé

AFGHANISTAN

Retrait des troupes américaines : calendrier révisé

Une analyse d’Olivier Guillard, 20 octobre 2015

Le 15 octobre, entouré du vice-président, du secrétaire à la Défense et du chef d’état-major des armées, le Président B. Obama annonçait, solennel, depuis la Maison-Blanche, la révision du calendrier de retrait d’Afghanistan des troupes américaines (9 800 hommes, aux côtés de 3000 soldats de l’OTAN) encore déployées sur cet interminable théâtre de crise, le plus long sur lequel ait du s’employer militairement la puissante Amérique.

Jusqu’alors, l’administration démocrate entendait retirer ses troupes formant/conseillant/épaulant leurs homologues afghanes sur un rythme plus enlevé ; au 1er janvier 2017 ne devait demeurer sur le sol afghan qu’un millier de soldats (en charge notamment de la défense des intérêts américains), soit un modeste centième de ce que fut à son maximal (100 000 hommes) l’empreinte militaire américaine en Afghanistan.

LIRE LA SUITE EN PIÈCE JOINTE


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal