Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (...) > Éléments pour une théorie du droit global

Midi-conférence

Éléments pour une théorie du droit global

Vendredi 13 nov. dès 12h30 au W-2235

Le CÉDIM et la SQDI ont l’honneur de recevoir Nicolas Levrat, professeur au Global Studies Institute de l’Université de Genève, pour un midi-conférence intitulé :

ÉLÉMENTS POUR UNE THÉORIE DU DROIT GLOBAL

Vendredi 13 novembre 2015
12h30-14h00
W-2235

Résumé de la présentation “Éléments pour une théorie du droit global”

Depuis une vingtaine d’années, des académiques mettent en évidence des phénomènes juridiques qui peinent à s’inscrire dans la logique classique d’ordres juridiques nationaux ou d’un droit international. Il en résulte des littératures juridiques sur les réformes des pratiques juridiques nationales, un débat sur l’avenir du droit international (fragmentation vs constitutionnalisation), et un net regain d’intérêt pour le pluralisme juridique.

Partant de l’adage latin, Ubi societas, ibi ius, nous nous interrogeons sur la concomitance de ces phénomènes. A l’évidence, la globalisation a un impact sur les sociétés nationales et « internationale » ; aussi nous appuyant sur les constats de sociologues (notamment Saskia Sassen et Ulrich Beck) nous réfléchissons à la possibilité d’un droit global. Ses fondements, ses structures, ses principes, ses institutions, ses fonctions, sa possible articulation avec les droits existants (A.J. Arnaud proposait la notion « d’inter-droit ») sont au cœur de mes recherches actuelles. Ce droit global est-il de même nature que le droit positif actuel, ou revenons-nous à un paradigme d’un droit naturel ?

Ce droit global a-t-il vocation à compléter et articuler différemment les droits nationaux (entre eux) et le droit international, ou à se substituer à cette dichotomie ? Bien évidemment, l’expérience du droit européen dessine une piste intéressante, mais probablement non pertinente.

Parti à la recherche des « emerging patterns of global law », je m’interroge aujourd’hui – et me propose de partager mes interrogations avec vous – sur une possible théorie générale du droit global.

Organisé par

D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal