Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Auteur


Accueil > Les auteurs > Lin_Ting-Sheng

Ting-Sheng Lin

Biographie

Ting-sheng Lin est professeur au département de science politique à l’Université du Québec à Montréal, chercheur du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM), et directeur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est : Chine, Japon, Corée. Basé sur ses expériences à Taïwan, il a choisi les travailleurs migrants chinois comme sujet de sa thèse de doctorat. Entre 1996 et 1999, il a effectué deux enquêtes dans les usines opérées par les Taïwanais dans les provinces côtières de Chine. Pour une durée totale de 18 mois. Après avoir soutenu la thèse, soucieux d’approfondir ses connaissances et recherches sur la réforme chinoise, il a continué à mener des enquêtes sur le terrain en Chine. Durant les neuf dernières années, il a visité Hangzhou, Shanghai, Pékin et Shenzhen. Le but de ces visites a été d’interviewer des entrepreneurs taïwanais et chinois, des syndicats chinois, des fonctionnaires chinois et des chercheurs chinois de l’Académie Chinoise des Sciences Sociales et des Universités. Ces entretiens concernent les sujets suivants : l’économie politique de la réforme chinoise, le rôle de l’état dans les affaires sociales, le rapport état/provinces, la réflexion sur un développement durable, la formulation des politiques sociales et économiques, les réformes sur le système administratif local, la privatisation des entreprises publiques chinoises et ses conséquences, la situation des travailleurs migrants dans les grandes villes côtières et les réactions du gouvernement envers les mouvements sociaux. Dès cette année, il a inclus aussi le Japon dans ses enquêtes sur le terrain. Ce choix tient compte de l’importance du Japon en Asie de l’Est, du caractère complexe de la relation sino-japonaise pendant les trois derniers siècles, et de la relation sino-Taïwanaise. Le modèle japonais de l’état développeur est considéré comme un des exemples les plus importants par le gouvernement chinois dès le lancement de la réforme. En même temps, les investissements japonais en Chine jouent un rôle significatif pour la croissance économique chinoise. La nouvelle relation sino-japonaise mérite certainement une attention particulière.

Recherche et expertise

L’Asie de l’Est a connu de très nombreux évènements au cours du dernier siècle et son importance globale ne cesse de croître. En effet, la dernière décennie a été marquée par une croissance exponentielle de l’économie chinoise, devenue deuxième puissance économique mondiale, et par une présence renforcée de la Corée au niveau mondial, grâce au leadership des chaebols. Le Japon a essayé dans les dernières années de préserver sa puissance économique, malgré les crises et les problèmes engendrés par la crise de 2008 et la structure interne de son économie. Enfin, Taiwan s’est largement rapproché du continent sur le plan économique. Ce rappel sommaire de la situation de chacun des acteurs nous permet déjà d’entrevoir les dynamiques diverses et uniques de chacun des pays étudiés. Celles-ci, doublées par l’histoire des relations bilatérales et régionales, constituent la base de la situation actuelle en Asie de l’Est. Les facteurs sécuritaires de l’intégration économique de l’Asie de l’Est deviennent un axe de recherche très important de l’Observatoire de l’Asie de l’Est dont je suis directeur.

Les champs précis :

  1. Les grandes stratégies de trois pays (politique, économique, et militaire)
  2. La militarisation en Asie de l’Est
  3. Les cultures stratégiques (perspective historique)
  4. Les institutions de la sécurité collective

Professeur

Département de science politique, UQAM


Publications et événements



Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)