Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la (...) > Causerie à l’occasion de la parution du nouveau livre d’ETHEL GROFFIER « (...)

Ateliers et tables rondes

Causerie à l’occasion de la parution du nouveau livre d’ETHEL GROFFIER « Réflexions sur l’université : Le devoir de vigilance » (PUL)

Mercredi 3 décembre à 18h, à la librairie Olivieri

Ethel Groffier sera entourée de Georges Leroux et de Gabriel Nadeau-Dubois.

Après une carrière de professeure de droit, ETHEL GROFFIER est présentement chercheure émérite au Centre Paul-André Crépeau de droit privé et comparé du Québec. Elle a publié plusieurs ouvrages de droit et d’autres consacrés au XVIIIe siècle, dont Un encyclopédiste réformateur, Jacques Peuchet (1758-1830), PUL, 2009 et Criez et qu’on crie ! Voltaire et la justice pénale, PUL, 2011.

Description du livre

L’université, partout dans le monde, est en train de subir une évolution et une transformation profondes provoquées par la mondialisation et le développement sans précédent de la technologie. La pression exercée par les gouvernements pour que l’éducation et la formation soient fonction de leur " utilité " économique, de leur " impact ", se fait de plus en plus vive.

On ne peut pas, à notre époque, s’opposer à la plus large accessibilité aux études universitaires, pour autant qu’elle soit fondée sur le mérite, pas plus qu’on ne peut refuser qu’une des tâches de l’université soit le service à la société dans laquelle elle se trouve. De là à accepter qu’elle soit transformée en entreprise commerciale régie par les lois du marché, que la liberté académique soit réduite à un cliché dénué de sens, que les recherches dépendent uniquement du bon vouloir des gouvernements et de l’industrie, il y a un pas qu’il faut se refuser à franchir, quoi qu’il en coûte. L’université est une des rares institutions (encore) suffisamment indépendante pour s’opposer au capitalisme sauvage et qui peut tenter de ramener la société au souci du bien commun. L’université, les professeurs et les chercheurs ont un devoir de vigilance face à la tendance à la commercialisation de l’enseignement et de la recherche pour préserver l’intégrité et la liberté intellectuelles et éviter que l’enseignement supérieur ne devienne un simple objet de consommation à l’obsolescence planifiée.

Cela aura lieu le 3 décembre à 18h, à la librairie Olivieri.

Vous pouvez réserver votre place par retour de courriel ou par téléphone au 514 739-3639.

Isabelle Boulanger
coordonnatrice des événements

Organisé par

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal