UQAM

Suivre les négociations dans les Amériques, étudier les formes nouvelles que prend
l’intégration, servir de carrefour de recherche et participer au débat public.

Activités

En collaboration avec Droits et Démocratie et le Centre for Research on Latin America and the

Ethnicité, violence et exclusion en Colombie : Les luttes des communautés autochtones et afro-colombiennes

Lundi 19 mars 2007 à 19h30,
Amphithéâtre Sherbrooke, SH-2800
Pavillon Sherbrooke, UQAM
200, rue Sherbrooke Ouest
Métro Place des Arts
Entrée libre

La Colombie, qui compte 3 millions de personnes déplacées à l’intérieur de ses frontières et plus de 70 000 personnes tuées ou disparues de force depuis la fin des années 1980, a été décrite par les Nations Unies comme le pays des Amériques où sévit la plus grave crise humanitaire. Cette crise est le résultat de plusieurs facteurs complexes, en particulier un conflit armé interne qui dure depuis plus de quarante ans et un grave conflit social, caractérisé par une pauvreté de plus en plus grande, des inégalités croissantes et une exclusion économique, sociale et politique profondément enracinée. Les minorités ethniques de la Colombie, notamment les peuples autochtones et afro-colombiens, souffrent davantage de ce conflit, à tel point que, selon le rapporteur spécial des Nations Unies, certains peuples autochtones sont présentement menacés d’extinction.

Des militants, des universitaires et des représentants des peuples
autochtones et afro-colombiens analyseront la situation dramatique à laquelle ils font face et présenteront des propositions de solutions.

-  Razmik Panossian, directeur des politiques, des programmes et de
la planification, Droits et Démocratie

- Marta Domicó, fille de Kimy Pernia, (dirigeant du peuple Embera
Katio, récipiendaire du Prix John-Humphrey pour la liberté de Droits et
Démocratie, disparu de force il y a 5 ans).

- Luis Evelis Andrade, président, Organisation nationale autochtone
de Colombie (ONIC)

- José Santos Caicedo Cabezas, membre de l’équipe de coordination
du Processus des communautés noires (PCN)

- Germán Burgos, professeur de sciences politiques, Université
nationale de la Colombie, chercheur de l’Institut de services légaux
alternatifs (ILSA)

- Blanca Cecilia Muñoz, membre de la Table du peuple Kofán,
Putumayo

- Jorge Rojas, directeur, Centre de consultation sur les droits
humains et le déplacement forcé (CODHES)

- Marilyn Machado, membre de l’équipe de coordination du Processus
des communautés noires (PCN)

- Guillermo Tascón, président, Organisation autochtone d’Antioquia
(OIA), dirigeant Embera Chami


Organisé par

À surveiller