> >

Dialogue Québec-Chine

La nouvelle route de la Soie, quelles opportunités pour le Québec ?

Jeudi 14 septembre 2017, de 18h à 19h30, salle Clark de la Maison du développement durable (50, rue Saint-Catherine O., Montréal)


*** ATTENTION : compte tenu du taux élevé d’inscription, veuillez arriver à l’avance afin de vous assurer une place ***

Conférenciers invités
PENG Jingtao,
Consul général de la République populaire de Chine à Montréal

Jean-Stéphane BERNARD,
Sous-ministre du Ministère des Relations internationales et de la Francophonie, Gouvernement du Québec

Commentateur
Éric MOTTET,
Professeur de géopolitique à l’Université du Québec à Montréal, Codirecteur de l’observatoire de l’Asie de l’Est et Directeur adjoint du Conseil québécois d’études géopolitiques

Mise en contexte
La route de la Soie était un « faisceau de voies caravanières terrestres, ponctuées de villes-étapes où les habitants d’Asie centrale prélevaient des taxes, de puits, de ponts, de cols. ». Par ces voies transitaient de la soie, mais aussi des pierres précieuses, de l’or, de l’argent, du thé et des épices. Il en ressort des principes communs avec la situation actuelle des liens commerciaux avec la Chine. Le président chinois Xi Jinping a officiellement lancé ce projet majeur en septembre 2013 lors d’une visite au Kazakhstan. Depuis, le comité central du Parti communiste en a fait l’une de ses priorités. Et en octobre 2014, Xi Jinping renchérissait en annonçant la création de la Banque Asiatique pour les Investissements dans les Infrastructures (BAII), au capital ouvert à tous les États. Le projet, officiellement nommé One Belt, One Road (OBOR), propose de développer infrastructures de transport et facilités industrielles le long de la route maritime classique via Malacca et Suez jusqu’à l’Europe, mais aussi à travers des routes terrestres en Asie centrale. Ainsi, cela nous amène à nous interroger sur les problématiques suivantes : sommes-nous en train d’assister à la renaissance de la route de la soie ? Au-delà des stricts enjeux commerciaux, quels sont les enjeux économiques et politiques de ce projet ? Enfin, ce projet ouvre-t-il de nouvelles opportunités pour le Québec ?

La Chine est le premier partenaire commercial du Québec en Asie et le deuxième dans le monde, derrière les États-Unis. Les relations sino-québécoises de plus en plus étroites font germer de nouvelles formes de coopérations, notamment dans le nouveau cadre de politiques internationales lancées par le gouvernement du Québec en 2017. L’objectif de la soirée intitulée « Dialogue Chine-Québec » s’inscrit dans cette perspective pour favoriser la compréhension des nouvelles opportunités commerciales, économiques, politiques et diplomatiques pour le Québec de la nouvelle route de la Soie, projet à la fois terrestre et maritime.

Organisateurs
Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)
Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG)

Partenaires
Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du gouvernement du Québec (MRIF)
Consulat général de la République populaire de Chine à Montréal

INSCRIPTION OBLIGATOIRE EN LIGNE


Partager sur :

Événements à venir

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin