> >

Domination et résistance : production et (re)production des rapports de pouvoir

Date limite : 20 janvier 2018, 18h


Ier Colloque interuniversitaire de l’AECSSPUM

Domination et résistance : production et (re)production des rapports de pouvoir

Les rapports de pouvoir entre États, groupes, et individus se retrouvent à toutes les échelles de la société et prennent des formes plurielles. Ainsi, que ce soit dans l’arène électorale avec la montée en puissance des partis d’extrême droite, ou bien au niveau des rapports de domination fondés sur le genre, l’identité ethno-culturelle ou sexuelle qui continuent de produire et reproduire des discriminations, ou encore au niveau des politiques néolibérales qui creusent toujours davantage les inégalités entre élites et classes populaires, les rapports de pouvoir demeurent au centre des réalités empiriques de la science politique.

Si le pouvoir a longtemps été interprété de manière centralisée, stato-centrée et fixe, une perspective foucaldienne opère une distanciation théorique en soutenant que le pouvoir est diffus dans les relations sociales. Foucault (1975 ; 1982) nous rappelle que tout pouvoir engendre une résistance. Il apparaît ainsi essentiel de s’intéresser à la position de l’acteur vis-à-vis la hiérarchie sociale pour déterminer son agentivité relative.

Dès lors, les dominés conservent alors une capacité d’action menant à des stratégies de résistance (Scott, 2009 [1992]) et de subversion. Si des débats persistent quant à la question de l’intentionnalité de la résistance (Bayat, 2013), il n’en demeure pas moins que les rapports de pouvoir constituent des objets incontournables de la science politique. Que ce soit en relations internationales, en économie ou communication politique, en politique comparée, en idées politiques, en études électorales ou bien dans le champ des mouvements sociaux, les transformations actuelles reconfigurent les relations de pouvoir, ce dont la science politique doit rendre compte. Le Ier Colloque interuniversitaire de l’Association étudiante des cycles supérieurs de science politique de l’Université de Montréal (AECSSPUM) se tiendra le 29 et 30 mars 2018 à l’Université de Montréal.

Tous les étudiant.e.s des cycles supérieurs ainsi que les jeunes diplômé.e.s de science politique sont invité.e.s à participer à ce colloque ayant pour thème Domination et résistance : production et (re)production des rapports de pouvoir.

Votre proposition doit être de 300 mots maximum en intégrant le titre de votre communication individuelle, votre problématique, la question de recherche, la méthodologie ainsi que les résultats (si possible).

La date limite pour la transmission des communications est le 20 janvier 2018, à 18:00, via le courrielaecsspum@umontreal.ca. Les réponses seront envoyées au plus tard le 5 février 2018.

Veuillez inclure dans un seul document PDF votre nom, affiliation institutionnelle, niveau d’étude, vos coordonnées et votre champ d’étude en science politique, ou dans toute autre discipline se référant au thème de la conférence.

Partager sur :

Événements à venir

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin