La nouvelle diplomatie activiste du Sud global à l’OMC

Mardi 24 novembre 2009 de 12h30 à 14h, Local A-1642,Pavillon Hubert Aquin, UQAM

Par Chaire C.-A. Poissant de recherche sur la gouvernance et l’aide au développement

Avec : René Audet, chercheur postdoctoral - Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université d’Ottawa

Présidence et commentaires : Marie-Nathalie Leblanc, Chercheure principale – Axe Démocratisation, société civile et mouvements sociaux (Chaire C.-A. Poissant, UQAM) & Professeur Département de sociologie (UQAM).

Résumé du contenu

Le Cycle de Doha sur le développement de l’OMC a donné lieu à la réinvention de la diplomatie activiste des pays en développement
suite à l’abandon, au cours des années quatre-vingt, du modèle
Tiers-mondiste. L’analyse du discours des nouvelles coalitions du Sud à
l’OMC montre en effet que la création d’un espace discursif autour de
cette organisation entre 2001 et 2008 a permis aux pays en développement d’expérimenter de nouvelles formes organisationnelles et d’adopter un discours plus opératoire, ce qui eut pour effet de rénover la solidarité Sud-Sud dans les négociations commerciales multilatérales.

Notice biographique sur René Audet

La mondialisation, les nouvelles formes de régulation économique liées au
développement durable (comme les certifications du commerce équitable et de l’agriculture biologique), ainsi que les inégalités commerciales et la diplomatie Nord-Sud sont des sujets sur lesquels René Audet a réfléchi au cours des dernières années. Ce chercheur postdoctoral au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université d’Ottawa étudie actuellement les phénomènes d’inégalités écologiques et d’injustice environnementale. Il enseigne également la sociologie de l’environnement à l’Université de Montréal et à l’Université du Québec à Montréal.