UQAM

Suivre les négociations dans les Amériques, étudier les formes nouvelles que prend
l’intégration, servir de carrefour de recherche et participer au débat public.

Publications

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)Henri Regnault

L’APRÈS-GUERRE EST VRAIMENT FINI… mais l’avant-guerre n’a pas nécessairement commencé !

La Crise, numéro 45, septembre 2019

Résumé

L’ordre mondial issu de la Deuxième Guerre mondiale se lézarde. Si l’hégémonie américaine persiste encore sous ses formes militaire et monétaire, la domination technologique américaine n’est plus ce qu’elle était. L’unilatéralisme sauvage de Trump, face à des défis mondiaux qui supposent plus de gouvernance mondiale sur plusieurs dossiers clefs (climat, commerce, monnaie…) pose de redoutables défis à la communauté internationale. Sans un multilatéralisme renouvelé il sera impossible de refonder un ordre mondial positif : tout l’enjeu est de savoir si la communauté internationale est capable de réaménager la globalisation ou bien si on se dirige vers une déglobalisation conflictuelle, alternative que j’envisageais déjà il y a sept ans dans des scénarios proposés dans cette chronique.

Sommaire

1. La dislocation trumpienne : la fin de l’ordre ancien
1.1. Les nouveaux rapports de force technologiques et économiques
1.2. La dislocation institutionnelle
2. Vers un nouvel ordre international : avec ou sans Thucydide ?
2.1. L’imbroglio des enjeux, défis et contraintes d’un nouvel ordre international
2.2. Globalisation revisitée ou déglobalisation conflictuelle : retour sur scénarios
Annexe. Reprise de LA CRISE n° 20, 2012 : Cinq scénarios de crise