> >

Pour un fédéralisme monétaire européen : De la monnaie unique à une monnaie commune et des monnaies subsidiaires nationales


I.Aux sources de la crise actuelle, les contradictions entre une monnaie marchande et
un projet politique

La crise actuelle de la zone euro montre que la pensée économique dominante doit être
profondément révisée. En effet, c’est cette pensée qui empêche les gouvernements
européens de tirer les leçons de l’histoire des crises monétaires et les conduit à répéter les
erreurs passées. Plus précisément, elle ne permet pas de comprendre pourquoi une monnaie
inspire ou non de la confiance. Tout le monde parle aujourd’hui de la crise de confiance qui
frappe l’euro, mais en réduisant la confiance à la « crédibilité », celle des États vis-à-vis des
investisseurs. En réalité, instaurer confiance dans une monnaie n’est possible qu’à condition
de comprendre que la monnaie est une institution sociale et non seulement un moyen de
régler les transactions. Pour qu’il y ait de la confiance dans une monnaie, les principes
d’organisation de cette monnaie doivent être cohérents avec ceux qui fondent la communauté
politique.

Mots-clés : Chapitres de livres
Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin