> >

Philosophies politiques de la monnaie

une comparaison de Hobbes, Locke et Fichte


Dans cet article on examine les représentations que se font de la monnaie
trois grands philosophes politiques – Thomas Hobbes, John Locke et Johann
Gottlieb Fichte – qui non seulement ont eu un impact majeur sur la
construction des Etats occidentaux par leurs mises en forme de la question
de la souveraineté du peuple, mais ont également fait une place importante
à la monnaie dans ces formalisations. On commence par un rappel
des sens divers pris à partir du XVIème siècle par le signifiant « souveraineté
 » et ses modélisations qui ont structuré le champ de la philosophie politique
moderne. On présente ensuite successivement le statut et les formes
de la monnaie dans les trois modèles proposés respectivement par
Hobbes, Locke et Fichte, en montrant que la monnaie ainsi encastrée dans
le politique y est de nature à chaque fois différente. On conclut sur une
synthèse de ce qui à la fois oppose et unit ces trois modèles ainsi que sur
leur rémanence jusqu’à aujourd’hui.
Mots-clés : souveraineté, monnaie, philosophie politique, Hobbes (Thomas),
Locke (John), Fichte (Johann G.)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin