> >

Le syndicalisme est-il un groupe de pression ?

Chapitre de « Groupes d’intérêt et mouvements sociaux »

,

Acteur central des changements socio-politiques du XXe siècle, et notamment de la mise en place des États-Providence modernes, le mouvement syndical serait entré en crise au début des années 1980 avec l’avènement du néolibéralisme. Au Québec, il reste un interlocuteur majeur tant de l’État que des employeurs, et semble mieux résister qu’ailleurs dans le monde industrialisé. Penser le syndicalisme implique nécessairement de penser le travail, ses formes et les représentations collectives qu’il engendre. En adoptant cette perspective, ce chapitre arrive à la conclusion que les singularités du mouvement syndical, tant dans les milieux de travail que dans la société, le distinguent fortement des groupes de pression et lui donnent une place à part au sein des mouvements sociaux.

Pour plus d’informations, visitez le site web des Presses de l’Université Laval

Mots-clés : Chapitres de livres
Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin