> >

Quand bilatéralisme ne rime plus avec mondialisation

20 mars 2018


Résumé

Le bilatéralisme fut à l’origine du système commercial moderne, ou du moins fut-il multilatéralisé avec le GATT, tout comme il fut instrumentalisé à partir des années 1980 pour faire levier sur les négociations commerciales multilatérales, adapter ainsi les règles commerciales aux évolutions de l’économie mondiale, voire encore nouer des alliances stratégiques. L’ALENA et les nombreux accords qui s’en inspirent, s’inscrivent dans cette démarche mais comme le montrent les évolutions récentes, la tendance est plutôt au plurilatéralisme et aux méga-accords, moins pour contourner le problème des règles d’origine (bol de spaghettis) que pour répondre à celui autrement plus complexe de l’interconnexion et repenser ainsi les règles commerciales à sa lumière. Plutôt que de suivre cette tendance, le président Donald Trump a fait marche arrière, retiré la signature des États-Unis d’Amérique du PTP et choisi le bilatéralisme. Un bilatéralisme qualifié d’agressif, voire sous bien des aspects, protectionniste.

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin